Réalisations

Les principales réalisations du sous-comité sur les contrôles verticaux des niveaux d’eau incluent la mise sur pied du Système de référence international des Grands Lacs de 1955 (SRIGL) et du SRIGL révisé de 1985. Des modifications doivent maintenant être apportées au système de référence en raison des effets continus du mouvement de la croûte terrestre, des nouvelles méthodes de relevés et de la détérioration de l’emplacement de la jauge du point de référence zéro. De plus, le mouvement vertical est étudié pour fournir une estimation du changement prévu entre les hauteurs dynamiques publiées relatives au SRIGL et les hauteurs dynamiques vraies qui changent de façon continue avec le temps. Ces données aident à planifier les mises à jour du système de référence, comme le SRIGL 2020, attendu sous peu.

Le sous-comité sur les contrôles verticaux des niveaux d’eau se consacre aussi aux activités de jaugeage du niveau d’eau. La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) exploite 53 jauges dans le bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, le Service hydrographique du Canada (SHC) exploite 34 jauges et le Corps of Engineers en exploite 18. La coordination de tous les éléments requis pour une station de jaugeage de qualité doit être continue. Le sous-comité a également publié un document portant sur les données historiques des jauges de niveau d’eau, intitulé « History of Water Level Gauges », pour ce même bassin. Ces rapports dressent l’historique de l’exploitation des jauges de niveau d’eau dans les Grands Lacs et leurs affluents, et présentent l’emplacement des jauges, les points de référence, les relocalisations et les cartes.

Le sous-comité de l’hydraulique a documenté des méthodes pour effectuer des mesures hydrauliques sur le terrain du debit des eaux s’écoulant les voies interlacustres des Grands Lacs. Les données relatives au débit des voies interlacustres des Grands Lacs sont des éléments de données importants dans toutes les études de débits et de niveaux et peuvent être dérivées en utilisant différentes méthodes. À ce titre, l’uniformité et la coordination dans la collecte de ces ensembles de données sont importantes. La maintenance d’une base de données contenant les mesures de débits est en cours et des rapports qui répertorient tous les sites auxquels des mesures de débit ont été faites auparavant ont été créés. Le rapport inclut des cartes d’emplacement, des techniques de jaugeage, les méthodes de calcul, des lectures de niveaux d’eau et des tableaux des débits.

Le sous-comité de l’hydraulique coordonne également les séries de débits chronologiques en continu des rivières Sainte-Claire, Détroit et Niagara. Les valeurs de retard liées aux glaces et aux plantes aquatiques requises pour les modèles de régularisation et de laminage des niveaux d’eau à long terme des Grands Lacs sont également coordonnées. Le sous-comité effectue la coordination des données de modélisation hydraulique. On a convenu des méthodologies et des normes de modélisation pour les études internationales et les efforts de modélisation continuent pour toutes les voies interlacustres et le fleuve Saint-Laurent.

Le sous-comité de l’hydrologie déploie des efforts considérables pour coordonner les niveaux d’eau prévus pour les Grands Lacs. Il importe d’avoir une seule base d’information coordonnée mise à la disposition du public pour éviter toute confusion sur les données que doit utiliser une personne. Les valeurs réelles des données que contiennent les bulletins de prévisions sont coordonnées ainsi que les images et le texte du document lui-même.

De nombreux éléments de données d’hydrométéorologie qui font partie du processus prévisionnel sont également coordonnés pour veiller à ce que la même base de renseignements soit utilisée pour tous les travaux. Les niveaux d’eau moyens mensuels, les debits sortant de chaque lac, les précipitations et les apports nets au bassin sont également inclus. Ces données sont également utilisées dans de nombreuses études sur les Grands Lacs.

Parfois, des sous-comités ponctuels supplémentaires peuvent être formés pour accomplir certaines tâches. Un groupe ponctuel a été créé pour superviser la refonte d’un modèle uniforme visant à simuler le laminage et la régularisation des débits et des niveaux dans les Grands Lacs, lequel sera utilisé par tous les organismes. Un autre groupe ponctuel avait été créé auparavant pour appuyer la mise à jour des données physiques coordonnées pour le bassin des Grands Lacs. Le groupe a examiné les données sur les bassins hydrographiques, les longueurs de littoral, le volume, les profondeurs et les dimensions générales des lacs, les capacités de stockage et les délimitations des bassins. La plupart de ces données thématiques ont été analysées par le passé, mais en raison des technologies émergentes, les données physiques issues des dernières analyses étaient plus exactes. Le fait d’avoir des données prêtes à être utilisées dans une base de système d’information géographique constituait également une excellente amélioration.